Sorry, you need to enable JavaScript to visit this website.
Aller au contenu principal
iguazu

#Tourdumonde : Chutes d'Iguazú, merveilles de la nature

Après un vol Mendoza – Iguazú, nous voici tout au nord du pays à la frontière avec le Brésil et le Paraguay sous un climat tropical. Au programme : les chutes côté brésilien pour un jour et le côté argentin le lendemain. Généralement on dit de le faire dans cet ordre car on commence par la vue la plus globale et on finit par la vue de près.

En fait 80% des chutes sont en Argentine et seulement 20% au Brésil. Elles ont été inscrites au patrimoine mondial de l’UNESCO en 1984 et nous avons lu qu’elles ont été découvertes par un explorateur brésilien en 1542, Alvar Nunez Cabeza de Vaca. En tout, il y a 275 sauts (!) et le plus haut mesure 82m, c’est la Gorge du Diable.

 

Visiter le côté Brésilien des chutes d'Iguazú

 

Nous avons fait la petite balade panoramique classique qui en met plein les yeux et comme nous avions fini assez tôt, nous nous sommes dit que nous allions aller voir les chutes de plus près…en bateau ! C’est parti pour une excursion à travers la jungle tropicale pour rejoindre le bord du Rio et embarquer. Nous n’avons pas été déçus : paysages magnifiques au pied des chutes, sensations garanties en bateau dans les rapides et surtout douche complète sous les cascades !

 

Se balader côté Argentin aux chutes d'Iguazú

 

De ce côté des chutes, les chemins offrent plus de possibilités pour marcher dans la jungle tropicale mais nous avons commencé par la mythique Gorge du Diable en y allant en petit train. Impressionnante avec le bruit de la chute et le fait qu’on ne voit finalement même pas le fond étant donné la bruine qui s’en échappe. Nous avons ensuite fait le circuit « supérieur » qui offre une vue grandiose sur les chutes et fini par le circuit « inférieur » qui passe à leur pied.

Pendant nos balades, nous avons pu aussi voir quelques animaux dont un petit alligator, des oiseaux, beaucoup de papillons très grands, des lézards mais surtout des quachis.

 

>> Partez bien protégé en voyage. Calculez gratuitement la prime de votre assurance ici <<

 

Découvrir les ruines des missions Jésuites

 

A 5 heures de bus au sud d’Iguazú, nous nous sommes arrêtés pour un jour à San Ignacio. Dans la Province de Misiones on trouve de nombreuses ruines d’anciennes missions jésuites dont 4 ont été classées au Patrimoine Mondial de l’UNESCO en 1984 : San Ignacio Miní, Santa Ana, Santa Maria la Mayor et Nuestra Senora de Loreto.
Nous nous sommes baladés dans la petite ville qui est plutôt sympa mais la principale attraction reste tout de même les ruines de la mission jésuite. Celle-ci a été fondée par la Compagnie de Jésus au début du XVIIe siècle et leur but était de diffuser leur religion auprès des indigènes (les Guaranis), les éduquer et les protéger. En nous renseignant un peu plus, nous avons compris que les chefs Guaranis avaient passé des accords avec les Jésuites car des bandeirantes portuguais (aventuriers) les auraient réduits en esclavage s’ils les avaient trouvés.

Au sein de la mission, qu’on appelle aussi « réduction », il y avait une hiérarchie mélangeant les jésuites et les Guaranis, les jésuites apprenaient le guarani et enseignaient l’espagnol, bref, la cohabitation se passait plutôt bien. Les Guaranis ont même dû adopter la monogamie. Il y a quand même eu aussi quelques petites rebellions et certains sont retournés vivre en dehors de la mission.

Les missions jésuites ont pris fin quand ils ont été sommés par ordre royal de quitter l’Amérique en 1768.

 

Ruines de San Ignacio Miní

 

La restauration a commencé en 1940 et c’est la mission la plus « touristique » car c’est celle qui est la plus reconstruite.

 

Ruines de la Mission de Santa Ana

 

A 10 min de bus de San Ignacio et 30 min de marche, nous sommes allés voir cette mission car nous avions du temps avant de prendre notre bus. Nous avons bien fait car bien qu’elle soit identique à San Ignacio Miní dans son organisation de bâtiments, les ruines sont totalement différentes puisqu’il n’y a pas eu de reconstruction. Le but est de préserver les ruines pour le futur (méthode de conservation naturelle) et de permettre des recherches archéologiques plus complètes à l’avenir. Ça laisse un endroit plus sauvage et nous avons trouvé ça très sympa !

 

Anne & Olivier

 

>> Partez bien protégé en voyage. Calculez gratuitement la prime de votre assurance ici <<
 

Ces articles pourraient aussi vous intéresser :

aconcagua
Après 21h de bus depuis Salta dont 3 heures d’attente en bord de route à cause d’un pneu qui a explosé...
nord argentine
Nous voilà en terre argentine après 15h de bus depuis La Paz puis une traversée de la frontière à pied...
bolivie
Reconnu pour être le plus grand désert de sel au monde, le Salar d’Uyuni s’étend sur 10 000 km2 et le sel...